Le Centre Culturel Joseph Faucon, une histoire de 126 ans…

C’est en 1892 que Léon Mabille fit construire ce bâtiment exceptionnel pour abriter les « sociétés ou oeuvres existantes ou  fondées par lui ».

Cet édifice connut plusieurs appellations : « Corporation des francs ouvriers », « Maison des ouvriers », « Cercle catholique », «  Patria », « Centre culturel et sportif de la Ville du Roeulx » et enfin « Centre culturel Joseph Faucon » depuis 2002. Cet homme visionnaire, dans une lettre du 23 avril 1922 adressée à Paul Debaisieux, professeur à Louvain (légataire universel de monsieur Mabille), précisait : « La Maison des Ouvriers m’appartient. Elle fut bâtie par moi, sur un terrain acheté par moi, à l’aide des sommes qui furent recueillies par moi et pour une forte part à l’aide de deniers propres. La propriété n’est donc pas contestable. Je considère qu’elle doit être affectée aux oeuvres en vue desquelles elle a été établie ou à des oeuvres similaires. L’affectation doit subsister ».

Suivant la volonté du Député-Bourgmestre Mabille, monsieur Debaisieux en fit don le 15 octobre 1925 à l’A.S.B.L. « Le Cercle catholique du Roeulx », fondée le 28 septembre 1925. « Le Cercle » comme on disait dans le temps, devint le local de nombreux groupements et parmi les plus anciens, je peux citer : la Corporation et la Mutuelle des francs-ouvriers, la Conférence de Saint-Vincent-de-Paul, le Patronage, les sociétés de Sainte-Barbe, des Fanfares-Amateurs et de Saint-Sébastien pour laquelle un stand de tir à l’arc fut aménagé. En 1947, la salle du rez-de-chaussée fut transformée en cinéma. A l’étage, des opérettes, cabarets wallons ou autres revues étaient proposés aux Rhodiens.

A partir des années 60, la salle de spectacles fut transformée en terrain de pétanque, mais également en salle de tennis de table. On y fit également du judo et de la boxe. Cette magnifique salle, laissée ensuite à l’abandon pendant de nombreuses années, revit aujourd’hui sous l’appellation « salle des combles ». On y organise des expositions, des spectacles et des ateliers.

Suite à de nombreux travaux, le rez-de-chaussée propose : une petite salle polyvalente (70 places) non équipée, une grande salle polyvalente (200 places) équipée d’une scène escamotable et d’un bar, une loge pour les artistes, une cuisine semi- professionnelle et des locaux de service (débarras, buanderies et stocks de matériel).

Depuis l’acquisition d’une partie des bâtiments de l’ancienne Ecole Moyenne, l’offre des salles s’est étoffée. La salle des poètes, la salle des artistes et la salle des clés peuvent accueillir entre 12 et 20 personnes. Y sont organisés des ateliers, des réunions, des expositions ou encore des conférences. Les bureaux réservés à l’accueil, au secrétariat, à l’animation et direction se situent dans le même bâtiment. Dès sa création (2002), la nouvelle A.S.B.L. Centre culturel Joseph Faucon, menée par l’Échevin de l’époque Pierre Selvais, a pris l’habitude de travailler en collaboration avec des associations locales en raison du peu de moyens matériels, humains et financiers… et cela continue ! Lorsque l’occasion se présente, le Centre culturel travaille avec des commerçants et producteurs locaux notamment lors des différentes éditions de la balade gourmande, des séances de « Bar à soupes », des vernissages d’expositions, des soirées repas-spectacles.

Depuis 2013, des collaborations avec le CPAS se sont multipliées et ont abouti à de nombreux projets qui fonctionnent avec succès : l’Atelier des 5 sens, l’Atelier Fashion Recycl’art et l’Atelier-théâtre du Relais. L’équipe de l’A.S.B.L. collabore activement à certains projets portés par l’Office du Tourisme, l’Espace Public Numérique, les écoles de l’entité et la bibliothèque communale.

L’A.S.B.L. veille à proposer des activités tant au Roeulx que dans les villages de l’entité, aime mélanger les publics : anciens et nouveaux venus, et tente de mettre en valeur le patrimoine local lors d’événements récurrents. Après ce bref rappel historique, je vous donne quelques dates incontournables : les Tables du Monde le dimanche 25 mars, le Parcours d’Artistes les 19,20 et 21 mai…Toutes ces activités sont proposées et animées par une équipe dynamique et bien sympathique composée de : Anne-Laure Bechet (directrice), Céline Lecocq (animatrice), Marina Philippart (animatrice), Laurence Bodson (secrétariat, accueil, gestion des salles), François Ramakers (communication et régie). A cette équipe de base viennent s’ajouter de nombreux bénévoles. Eh oui, si le substantif « bénévole » tente de disparaître de notre vocabulaire et de nos régions, on peut dire qu’au Roeulx, il prend tout son sens à travers de nombreux événements et activités. Soyons un peu chauvins : « Bravo les Rhodiens ! Et que cela continue encore longtemps ! »

Site web du Centre culturel du Roeulx : www.leroeulxculture.be

Patrick Renaux

Les origines de notre équipe de foot

Grâce à des rencontres hasardeuses et quelques commentaires d’anciens Rhodiens, je peux vous livrer quelques souvenirs des premiers pas de l’univers footballistique du Roeulx. Ne sont repris dans ces lignes que quelques anecdotes des initiateurs du futur club actuel et quelques noms qui ont fait la joie des supporters de la première heure.

Tout remonte dans le début des années 70

Quelques amis rhodiens, amateurs de foot s’unissent pour participer à quelques tournois dans la région. Avec l’autorisation de fermiers, ils ont pu s’entraîner sur des pâtures qui ne ressemblaient en rien à un terrain de foot. Avec des morceaux de bois, ils confectionnèrent les limites des goals.

Le plaisir de ce sport populaire fit rapidement des émules même si les résultats n’étaient pas brillants… En 1972, Fernand Marlier prêta une pâture au groupe de joueurs en pleine extension. Avec l’accord du propriétaire, les joueurs purent construire des vestiaires en blocs de béton. Pour se laver et se rafraîchir après les matchs, ils allaient chercher l’eau de la petite rivière qui coulait à proximité. Malgré des installations très primitives, les footballeurs étaient prêts à aborder sereinement les divisions provinciales. Le seul écueil à cette nouvelle aventure sportive fut l’homologation du terrain. Une légère pente des terres pouvait faire basculer tous les espoirs rhodiens. Monsieur Carlier représentant du comité provincial pour l’homologation des terrains de football fut très bien accueilli. Après quelques verres de notre breuvage rhodien, il se rendit sur les lieux et, semble-t-il, la pente tant redoutée par les joueurs fut adoucie par ses propres yeux… Toutes les démarches entreprises par ce nouveau club se soldaient par un succès.

Au niveau des performances de l’équipe, Christian Soupart et Bernard Marlier se souviennent d’un début catastrophique : les 12 premiers matchs joués furent un échec. .. mais le 13ème match contre La Hestre fit oublier tout le reste. Un résultat sans appel 4 – 0. Ce fut le délire au Roeulx ! Le café « Le Carlsberg » ou « chez Françoise », local du foot connut des soirées mémorables après les grands derbys gagnés.

Les joueurs de la première heure étaient, pratiquement tous, des Rhodiens. Sur la photo des premiers beaux jours de l’équipe officielle, Bernard Marlier et Christian Soupart ont pu nommer : Mario Spaggiari, Walter Ravaldi, Serge Henrotay, Jean-Pol Brison, Guy Vincent, Daniel Declercq, Jacques Pary, Pierre Van Hoolandt, Christian Soupart, René Barbiot, Guy Rondeau, Jean-Claude Petit, X ?, Jean-Marie Goorickx, Bruno Ravaldi. Le comité était composé de Jules Libert, président, Bernard Marlier, secrétaire et Robert Van Hoolandt pour l’entretien. Avec de nets progrès en 4ème division provinciale, des renforts sont arrivés et on a vu notamment : Dominique Rossolino, Jean-Louis Donfut, Robert Blampain, Edouard Tournay, Didier Hallard, et les frères Bufi qui purent faire la différence.

Vu les résultats et l’engouement des supporters, la commune du Roeulx entreprit l’aménagement d’un terrain au centre du Roeulx : l’ancien trou à immondices. Selon les dires de Bernard Marlier et Christian Soupart, les joueurs se sont cotisés pour l’achat de piquets de téléphone pour assurer l’éclairage du terrain. Motivés jusqu’au bout de leurs chaussures, lors de l’inauguration de leurs nouvelles infrastructures, les joueurs furent applaudis par une immense foule. Lors de cette fête, quatre parachutistes atterrirent sur le terrain flambant neuf. Gilbert Rondeau, père de Guy Rondeau, fit partie de l’équipée.

Après une épopée fantastique dont je ne rappelle qu’une infime partie, l’équipe du Roeulx évolue actuellement en 1ère provinciale dans un tout nouveau stade récemment inauguré.

Patrick Renaux

Si les arbres du square Mabille pouvaient parler…

Square Mabile 1

Situé au centre de la cité princière, le square Léon Mabille offre un coin de verdure exceptionnel à différents titres. Par son contenu, il est riche de plusieurs « arbres remarquables ». Les multiples essences de ce poumon vert égaient l’environnement qui n’était avant sa création que marécages puants. Le square, trop souvent dénommé « le parc », donne à chaque saison le meilleur de sa palette de coloris qui en font un chef d’œuvre digne des plus grands peintres de tous les temps.

Chargé d’histoire locale, il rappelle l’existence du Député-Bourgmestre qui est à la base de « La Maison des Ouvriers ». De sa main, le buste de Léon Mabille décline ce bâtiment d’une architecture particulière. Au fil du temps, cette bâtisse où se concentrent aujourd’hui les activités culturelles de l’entité, a porté divers noms, notamment : la Maison des Oeuvres, le Cercle Patria, le Cercle, le Centre culturel et sportif… et pour terminer la série : « Le Centre Culturel Joseph Faucon ».

Square Mabile 2

houdeng3

En son sein, le square abrite aussi trois stèles rappelant le décès de jeunes trop audacieux face à l’ennemi de la guerre de 40-45. A chaque commémoration de nos deux guerres, les édiles communaux et leurs invités viennent se recueillir et déposer des fleurs.

Mais tout ceci paraît une partie infime de l’iceberg historique, de la petite histoire que pourraient délivrer ces arbres majestueux… Certains riverains ont été témoins de la traversée du square par des véhicules privés dont les chauffeurs bien arrosés sortaient de la salle des fêtes du Cercle… Il y a même une personne qui m’a prétendu qu’en retournant chez elle, un soir de fête, Léon Mabille lui avait fait un croche-pied et avait donc dû être bandée jusqu’au genou… Mes souvenirs d’enfant ( il y a près d’un demi siècle), se fondent dans une organisation de camarades voisins : Alain et Philippe, pour le meilleur et pour le pire. Un soir d’hiver, après l’école, nous formulâmes le désir d’ériger une embuscade à la gente féminine de notre école que nous aimions taquiner à nos heures. ( A cette époque un mur séparait la cour des filles de la cour des garçons, donc impossible de les atteindre…) Il était donc décidé de se retrouver le lendemain à huit heures dans le square pour former nos boules de neige derrière un houx, en attendant l’arrivée de nos « ennemies ». Lors de leur passage, les écolières reçurent une drache de boules de neige bien tassées. Exténuées, elles gagnèrent au plus vite l’école. La réplique ne se fit pas attendre… Les filles avaient rapporté l’événement à la directrice de l’école des filles : soeur Suzanne. C’est ainsi qu’à la fin de la récréation de dix heures, nous fûmes convoqués chez monsieur Degré (Marcel) directeur de l’école des garçons, pour recevoir une leçon de courtoisie, de politesse et de savoir-vivre en plus de verbes à conjuguer aux modes et temps étudiés…

Le square, c’est pour moi aussi le souvenir de parties de billes avec nos amis de l’école moyenne primaire. Dès la fin des cours, nous nous retrouvions sur les sentiers en cendrée rouge pour une partie de billes au carré. Le garde-champêtre passait pour vérifier si nous respections bien l’interdiction de mettre les pieds sur les pelouses. A cette époque, des panneaux avec l’interdiction de marcher sur les pelouses étaient plantés à chaque accès du square. Les choses ont bien changé depuis… Mais aujourd’hui, c’est bien souvent avec respect que les pelouses sont foulées par les têtes blondes notamment lors de la chasse aux oeufs organisée par la commune ou lors du cross interscolaire mis sur pied par le Rotary et la commune. Avec leur professeur de gym, les élèves de l’école de l’Ange Gardien profitent de cet espace magnifique. Les enfants des mouvements de jeunesse du Roeulx y viennent aussi pour se divertir.

S’il a connu une mauvaise réputation à certaines époques, le square Léon Mabille reste et restera un lieu de rencontres entre toutes les générations, un lieu d’épanouissement, un lieu où l’on partage le bonheur. Hormis le cadre idyllique pour des photos de mariage, cet endroit ne vous rappelle-t-il pas peut-être votre première rencontre amoureuse ?

Patrick Renaux

Françoise se souvient du café « Le Carslberg » au Roeulx

Le café « Le Carlsberg », situé dans la rue Paul Janson au Roeulx, fut le local de toute une animation rhodienne. Pour ce motif, nous avons rencontré Françoise Malbrecq qui a dirigé pendant près de 25 ans cet établissement ouvert dès les premières heures du jour… jusque tard dans la nuit.

Retrouvez également l’article de Patrick Renaux « Un nid de commerces et une fameuse ambiance à la rue Paul Janson au Roeulx… » en page 8 du Bulletin communal de Janvier/Février 2016.

La plage de Gottignies

Mariette se souvient de l’excellente crème à la glace que vendait une certaine Maria à la plage de Gottignies. Dans les années 30, les Gottignards mais aussi les gens des environs passaient leur dimanche sur ce site merveilleux. Les plus petits s’amusaient à la balançoire, au carrousel, glissaient sur le toboggan ou se promenaient à dos d’âne. Les adultes écoutaient la musique de la fanfare, dansaient, pique-niquaient ou faisaient un tour en barque sur la Wanze. On pouvait y manger des bonbons, de la crème glacée, des frites…

Mise à jour novembre 2016 : photo et texte publiés dans le Calendrier 2017 de l’Office du Tourisme du Roeulx

La « plage » de Gottignies était située dans une vallée profondément encaissée au pied d’une falaise haute d’une quinzaine de mètres. Cette propriété, sise au n° 8 de la rue des Prêtres,  appartenait en ce temps-là à Gaston Clarat, garagiste à Jolimont.

L’ouverture se déroula  le 1er mai 1935. Il y eut plus de 3.000 entrées. Prix d’entrée 1 franc. Imaginez le joyeux embouteillage que cela a dû provoquer. Des parkings avaient été installés dans les prairies environnantes mais les emplacements n’étaient pas suffisants et de nombreux véhicules devaient stationner le long de la rue du Vent Val. On avait même organisé des trajets en car pour  ceux qui, habitant trop loin de Gottignies, n’avaient pas de moyens de transport.

Un barrage formait un lac artificiel sur la Wanze, et on avait aménagé un petit bassin de natation pour les enfants et un autre pour les adultes ainsi qu’un endroit de canotage. De chaque côté du cours d’eau, des « gloriettes » au toit de chaume permettaient de déguster, entre-autre, les bières  renommées à l’époque : la « Meiresonne » et la « Labor ».  Les nombreux cyclistes, petits et grands, pouvaient rivaliser de vitesse sur le vélodrome.  Les enfants n’étaient pas oubliés : un tourniquet « à pousser soi-même », un toboggan, des balançoires, des tours du domaine sur des « baudets », etc. Un kiosque accueillait des fanfares pour animer les joyeux vacanciers d’un jour. On y vendait des frites, des bonbons et les fameuses crèmes glacées de Maria.

Quatre ans plus tard, un tragique accident de toboggan qui coûta la vie à un enfant, mit fin à l’exploitation du site.

Aujourd’hui, les tourterelles et les ramiers ont repris possession du site … avec quelques nouvelles habitations.

Informations extraites en majorité de la revue « Nos 5 Blasons » éditée par le Cercle d’Histoire Léon Mabille.

Photos de la Plage de Gottignies – Collection Jean Leclercq

 

 

Thérèse se souvient du temps où le parc du château du Roeulx était accessible au public

Thérèse se souvient du temps où le parc du château était accessible au public et surtout des spectacles qu’elle y organisa avec Henri, son époux. Elle qui demeurait alors sur la place du Château se remémore très bien les nombreux cars de touristes qui venaient d’un peu partout pour découvrir notre castel rhodien. Les visiteurs allaient ensuite se désaltérer au café de la Toison d’Or. Des pièces de théâtre y étaient également jouées tout comme y étaient régulièrement donnés des concerts en tout genre. Mais ce dont elle se souvient essentiellement, c’est du spectacle « Son et lumière – 20 siècles d’histoire au Roeulx » que son mari mit en scène fin août – début septembre 1966. Différents tableaux évoquaient le passé glorieux de notre cité princière comme la visite de Charles Quint mais aussi des épisodes plus sombres comme le sac du château en 1554 et le martyre de saint Feuillien, scène jouée par leur fils, Claude, et son ami Benoît ! Quasi toute la population rhodienne y participait, précise-t-elle ! Elle se souvient encore avoir inversé Brabançonne et Marseillaise lors de la première .