Françoise se souvient du café “Le Carslberg” au Roeulx

Le café « Le Carlsberg », situé dans la rue Paul Janson au Roeulx, fut le local de toute une animation rhodienne. Pour ce motif, nous avons rencontré Françoise Malbrecq qui a dirigé pendant près de 25 ans cet établissement ouvert dès les premières heures du jour… jusque tard dans la nuit.

Retrouvez également l’article de Patrick Renaux “Un nid de commerces et une fameuse ambiance à la rue Paul Janson au Roeulx…” en page 8 du Bulletin communal de Janvier/Février 2016.

L’ancienne gare du Roeulx

Gérard se souvient de l’ancienne gare du Roeulx, où se situe aujourd’hui le service travaux de la Ville du Roeulx.

Mise à jour novembre 2016 : texte paru dans le Calendrier 2017 de l’Office du Tourisme du Roeulx

Depuis le début des années 60, plus aucun train ne s’arrête en gare du Roeulx. Construite en 1874, les derniers voyageurs y descendirent sur le quai fin août 1959 et les derniers trains de marchandises en provenance des ateliers Colinet y passèrent un an plus tard.

Il s’agissait de la ligne 114 qui reliait Haine-St-pierre à Soignies, en passant par La Louvière-Bouvy, Houdeng, Le Roeulx, Naast et Soignies-Carrières. Elle faisait ainsi la liaison entre le bassin industriel du Centre et le nord du pays. Les bâtiments ont dès lors été abandonnés durant une quinzaine d’années.

Alors que la fusion des communes exige de disposer de locaux mieux adaptés à une entité regroupant cinq localités, la Ville du Roeulx décide d’acquérir l’ancienne gare et de lui offrir une nouvelle affectation ; le besoin d’entreposer plus de matériel se faisant ressentir.

De nos jours, les bâtiments sont toujours occupés par le service des travaux. Tout autour de celle-ci, avaient vu le jour diverses manufactures employant pas moins d’un millier d’ouvriers, comme les ateliers SADUR visibles en arrière-plan de la carte postale.

le-roeulx-177

Le paysage industriel a bien changé et les usines ont pour la plupart quitté les lieux. Les halls « SADUR » ont alors connu diverses affectations : locaux pour la jeunesse rhodienne du Patro, entrepôts pour stocker des verres de chez Durobor ou des pièces détachées pour le montage de voitures anglaises de chez British Motor Leyland de Seneffe. Aujourd’hui encore, les entrepôts sont occupés par différentes sociétés mais également par le Smashing Club, le club de tennis du Roeulx.

 

Nelly se souvient de la rue des Tourneurs au Roeulx

Attention, M’sieur … vous allez foncer sur le photographe ! Comment ? Ah bon, vous voulez écouter les souvenirs de Nelly !” Nelly, qui y tint pendant de très nombreuses années une supérette, se souvient en effet du temps où la rue Emile Vandervelde s’appelait la rue des Tourneurs, centre commercial, s’il en était, de notre petite cité princière ! Quasiment une maison sur deux, nous dit-elle, était un magasin: le Delhaize, bien sûr, au coin de la rue, mais aussi le marchand de chaussures en face, la pharmacie Plusquin avec juste au-dessus Emilia, la modiste, le droguiste Leloux et encore le magasin de vêtements et sous-vêtements de Clélie ! Elle se souvient encore de la kermesse Sainte-Anne qui avait lieu chaque année à la fin juillet sur la place de la Chapelle. Après la messe dédiée aux couturières, dont Anne est la patronne, de très nombreuses activités et manifestations avaient lieu. La journée se clôturait par un bal populaire.

Thérèse se souvient du temps où le parc du château du Roeulx était accessible au public

Thérèse se souvient du temps où le parc du château était accessible au public et surtout des spectacles qu’elle y organisa avec Henri, son époux. Elle qui demeurait alors sur la place du Château se remémore très bien les nombreux cars de touristes qui venaient d’un peu partout pour découvrir notre castel rhodien. Les visiteurs allaient ensuite se désaltérer au café de la Toison d’Or. Des pièces de théâtre y étaient également jouées tout comme y étaient régulièrement donnés des concerts en tout genre. Mais ce dont elle se souvient essentiellement, c’est du spectacle « Son et lumière – 20 siècles d’histoire au Roeulx » que son mari mit en scène fin août – début septembre 1966. Différents tableaux évoquaient le passé glorieux de notre cité princière comme la visite de Charles Quint mais aussi des épisodes plus sombres comme le sac du château en 1554 et le martyre de saint Feuillien, scène jouée par leur fils, Claude, et son ami Benoît ! Quasi toute la population rhodienne y participait, précise-t-elle ! Elle se souvient encore avoir inversé Brabançonne et Marseillaise lors de la première .

Christiane se souvient du Chalet du Tram au Roeulx

Christiane se souvient du temps où elle prenait le tram au bas de la Chaussée de Mons … Il ne fallait surtout pas être endimanché, nous dit-elle, pour embarquer dans celui-ci tant la poussière de charbon risquait de couvrir vos beaux habits ! Passant par les campagnes de Thieu et de Thieusies, la ligne Bracquegnies – Le Roeulx – Casteau permettait ensuite de rejoindre Bruxelles … Il fallait cependant bien compter sur plus de quatre heures de voyage ! En hiver, Christiane attendait son arrivée dans le Chalet du Tram, appelé aussi « la baraque de planches ». Elle avait alors l’opportunité d’y siroter une bonne limonade ! Ce sympathique tramway n’était cependant pas toujours à l’heure. Mais aucun voyageur ne lui en tenait rigueur tant son parcours était bucolique et folklorique ! Il n’était d’ailleurs pas rare qu’il faille en descendre pour l’assister quand la pente se faisait plus raide. Et puis, qu’est-ce qu’on aimait entendre son bruyant sifflement dans nos contrées agrestes !

Luc se souvient de la Grand’Place du Roeulx

Luc se souvient du temps où quantité d’estaminets animaient notre Grand’Place ! Il y avait Berthe, bien sûr, avant qu’elle ne s’installe au bas de la Grand’Rue, mais aussi chez Yvonne ou à la Maison du Peuple ! Enfant, il aimait entrer à la biscuiterie Coppens ou à la quincaillerie Josseaux où Lucien avait de tout, du simple clou à la bassine en passant par le fil de clôture et aux flacons de toutes les contenances ; une authentique caverne d’Ali Baba ! Cependant, il y avait un habitant de la place qui l’effrayait par-dessus tout, c’était Achille Detimmerman, dit Mète Achille ; un bourreau d’enfants, nous précise Luc. A la kermesse de la fin juin, un kiosque était monté sur la Grand’Place et une fanfare jouait les airs de l’époque. Le matin, Luc participait à la procession des saints au travers de la ville ayant l’honneur de porter la châsse de saint Feuillien !